Paimpol 2013 - Festival du chant de marin - Edito
diaporama
Les mers du Nord, l’Afrique, les rivages de la Méditerranée, les îles, toutes les îles, les contrées de l’Est, les Amériques, les pays celtiques… Le Festival du Chant de Marin et des Musiques des Mers du Monde vous a déjà fait beaucoup voyager, beaucoup rêver aussi… Pour la prochaine édition (14, 15 et 16 août 2015), il vous propose de mettre …

…« CAP AUX SUDS ! »

On dirait les Suds… et toujours en bateau ! Le Festival du Chant de Marin, dont la prochaine édition aura lieu les 14, 15 et 16 août 2015, a en effet décidé de mettre « Cap aux Suds ! ». Des côtes sud de la Bretagne à l’Occitanie en passant par la Catalogne, le Pays Basque, l’Andalousie, le Portugal… ou plus loin encore les Balkans, l’Afrique ou l’Amérique du Sud, la Louisiane ou les rives du Mississipi… les destinations pourront être nombreuses, variées et de préférence ensoleillées et dépaysantes… Comme à chaque édition, le Festival vous proposera de faire le plein d’émotions et de (belles) surprises musicales.

Le Festival de Paimpol entend poursuivre son exploration des sons, musiques et chants du monde : les quais de Paimpol seront une nouvelle fois dédiés au voyage, au rêve et à l’évasion, à la découverte et à la rencontre, à la joie et à la bonne humeur, au plaisir des sens et des essences…

Les amoureux du Festival retrouveront également tout ce qui en fait l’attrait, à commencer par les très nombreux groupes de chant de marin, mais aussi les fanfares, les bagadoù, les festoù-noz, les expositions, les animations jeune public, les dégustations de produits locaux… sans oublier les quelques deux cents bateaux traditionnels qui transforment le port de Paimpol en décor somptueux.

En 2013, le Festival du Chant de Marin et des Musiques des Mers du Monde a confirmé sa place de quatrième festival breton, sans renoncer à sa dimension « humaine », conviviale, chaleureuse et familiale. En 2015, ce souci de « bien accueillir » restera encore au cœur des préoccupations de l’équipe organisatrice.

Rendez-vous pour la douzième édition du Festival du Chant de Marin et des Musiques des Mers du Monde, sur les quais de Paimpol, les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 août 2015. Pour mettre « Cap aux Suds ! ».




Une vraie fête populaire

C’est en 1989 que le Festival du Chant de Marin voit le jour. Malgré des débuts prometteurs, le festival s’interrompt dès 1991. Fort heureusement, une nouvelle association relance la manifestation en 1997, confirmant, avec près de 80 000 spectateurs, la place désormais irremplaçable de l’événement.

Depuis 1997, le Festival a en effet lieu tous les deux ans (années impaires). Avec plus d’un millier de bénévoles mobilisés pour l’occasion, c’est une grande partie du tissu associatif paimpolais qui se retrouve sur le pont pour prêter main forte aux organisateurs, preuve de l’ancrage local et de l’esprit familial de l’événement, qui rassemble désormais, à chaque édition, quelques 130 000 festivaliers sur le port de Paimpol.

Pourquoi un tel succès ? C’est que Paimpol n’est ni un rassemblement de bateaux traditionnels comme les autres, ni un « banal » festival de musique… Le Festival de Paimpol est, avant toute chose, LE rassemblement international du chant de marin et de la chanson chaloupée. Et surtout, le Festival du Chant de Marin n’est pas un événement plus ou moins artificiel plaqué sur la ville. Il est profondément ancré dans l’identité, la tradition, l’histoire paimpolaises.

Paimpol, l’apprentissage de la mer …

Paimpol (Pempoull en breton) est situé sur la côte nord de la Bretagne. C’est une ville portuaire dont les premiers quais datent de 1842. Les bassins, construits de 1878 à 1902, sont actuellement dévolu à la plaisance et à la pêche artisanale, mais, à l’époque de sa prospérité, celle de la « pêche à Islande » sublimée par Loti ou Botrel, plus de 80 goélettes s’alignaient dans les bassins de Paimpol, permettant de passer d’un quai à l’autre à pied sec en empruntant le pont des navires. Paimpol est alors connu pour être l’un des principaux ports de la pêche morutière. De la Croix des Veuves au mur des Disparus jusqu’au port de Paimpol serti dans un écrin d’anciennes demeures d’armateurs, l’empreinte de cette épopée glorieuse et dramatique y est omniprésente. Où, mieux qu’à Paimpol, célébrer cette fresque maritime ? A Paimpol où chaque famille a contribué, parfois tragiquement, à alimenter un patrimoine commun, précieux et fragile dont on retrouve trace, bien sûr, dans les chants des marins. Il n’y a pas de meilleur décor pour un Festival dont le fil rouge demeure, au gré des évolutions délibérément choisies, la chanson maritime.

Le Festival / L’hommage du festival / L’invitation au voyage

Tous les groupes pratiquant ce genre musical particulièrement vivant sur notre littoral sont passés par Paimpol ou espèrent s’y produire. Aucune autre manifestation maritime ne peut revendiquer un tel palmarès : en 2011 encore, près de 60 groupes de chansons de mer prendront possession du port de Paimpol pendant les 3 jours du festival.

Sur tous les bateaux, sous toutes les latitudes, ces chants répondaient avant tout à la nécessité de rythmer et synchroniser les manœuvres des matelots, à bord et à quai. En mer et dans les bistrots des ports, ils agrémentaient les indispensables moments de détente. Leur côté « utilitaire » désormais révolu grâce aux progrès de la technique, les chants de marin sont venus aujourd’hui enrichir le patrimoine maritime et musical tandis que les chansons de mer nous racontent des aventures extraordinaires faites de voyages et de découvertes, de naufrages et d’héroïsme, d’amour ou de camaraderie.

Le Festival de Paimpol tente à chaque édition de rendre hommage à tous ces marins, dont les chants, témoignages de ces épopées, nous sont parvenus par tradition orale, grâce aux collectages réalisés par quelques passionnés

Mais, ville portuaire, Paimpol-Pempoull est aussi une ville bretonne et ne veut surtout pas l’oublier : une bonne partie de la programmation prend en compte la musique et la chanson bretonnes. Tous les grands noms de la scène bretonne, d’Alan Stivell à Dan ar Braz, en passant par Denez Prigent, Erik Marchand, Nolwenn Korbell, Gilles Servat… s’y sont produits. Ville ouverte, lieu de passage, Paimpol évoque aussi irrésistiblement les voyages au long cours. En écho, la programmation du Festival fait une large place aux musiques du monde, passant des côtes du nord de l’Europe aux rivages de la Méditerranée, des pays de l’Est à l’Afrique, des Amériques à la Celtie… Goran Bregovic, Idir, Carloz Nùñez, Rokia Traoré, Touré Kunda, Johnny Clegg, Marianne Faithfull, les Tambours du Bronx, Buena Vista Social Club… pour n’en citer que quelques uns, ont ainsi partagé la grande scène du Festival du Chant de Marin.

Un rassemblement de bateaux traditionnels

Le Festival de Paimpol est aussi la fête des vieux gréements. Tous les deux ans, les années impaires, le port accueille plusieurs centaines de bateaux du temps de la marine en bois. Et à leur bord, leur équipage, près d’un millier de « loups de mer », jeunes et moins jeunes. Ils participent, la veille du Festival, au fameux et animé « repas des équipages » et chaque matin, au concert de cornes de brume qui annonce le début des festivités.

Pendant trois jours, le bassin n°1 du port de Paimpol s’orne des voiles multicolores des bisquines de Cancale et de Granville, des old gaffers et côtre-corsaire de St-Malo, des coquilliers de la Rade de Brest… des bateaux venus de partout, de Dunkerque à la Rochelle, des îles Anglo-Normandes, de la côte Sud de l’Angleterre, des Pays Bas, d’Irlande ou d’Allemagne…et d’une flottille des voiles-avirons…

Un Festival citoyen

Le Festival du Chant de Marin a des principes ! Soucieux de l’avenir de la planète, il est l’un des festivals fondateurs du Collectif des festivals bretons engagés pour un développement durable et solidaire, auquel adhérent aujourd’hui 23 festivals de Bretagne. Soucieux de l’avenir de la Bretagne, le Festival est devenu membre de l’association Produit en Bretagne. Avec la volonté commune d’œuvrer au rayonnement touristique, au développement économique de la région, grâce à la valorisation d’une forte identité. Soucieux de biodiversité culturelle, il a à cœur la promotion de la langue et de la culture bretonnes. Au point de devenir, en 2008, le premier festival breton à obtenir le label Ya d’ar Brezhoneg délivré par l’Office de la langue bretonne.